Qui je suis.

Je suis né le 23 janvier 1952 à 5 : 47 à Bois-Colombes, de parents non fortunés, midle class, trés attentifs. Je serais choyé comme tous les gosses du quartier à quelques pas de la gare d’Asnières.

Ma mère est artiste peintre professionnelle ; et pour assurer les fins de mois elle va travailler dans les bureaux d’Etudes de la société Citroën, où elle dessinera le volant à une branche, projet qui restera longtemps dans les cartons.

Mon père est ingénieur électricien, il travaille pour son père pour des peanuts. Boosté par sa femme il rejoint le bureau d’étude de la CIT , pour développer des instruments de mesures, puis rapidement obtiendra un job à l’aéroport du Bourget où il s’occupera de l’éclairage des différents lieux de l’aéroport et surtout des pistes et taxiways. Il y restera quelques années puis obtiendra un emploi de technicien dans l’usine ASTRA-CALVE sur les bords de la seine à Colombes. Il y gravira les échelons au prorata de ses mérites.

Enfant, j’ai grandi dans la proche banlieue de Paris à Asnière. et ma vie était assez calme et tranquille. Malgré tout, J’étais assez turbulent et me suis fait beaucoup de copains que je fréquentais en dehors des heures de cours. Du fait de ma date de naissance (janvier 1952) j’étais toujours été le plus jeune de tous mes camarades. Je suis rentré à la grande école en milieu d’année à l’âge de 6 ans, et j’étais au début un peu déconcerté et immature , il m’a fallu quelques mois pour m’habituer à ce nouveau changement. Quoi qu’il en soit j’ai vite rattrapé mon retard et terminé premier de la classe, ce qui plaisait beaucoup à mes parents qui attachaient énormément d’importance à mon parcourt scolaire. 

J’ai grandit dans un sentiment d’insécurité permanent du fait de mon jeune âge et de l’éducation drastique et dure de mon père. Il était extrêmement sévère. Ma scolarité a été difficile même si je réussissais bien au cours de mes examens. Je suis rentré en lycée à l’âge de 11 ans et là encore il m’a été difficile de m’acclimater du fait de mon immaturité. J’étais Des lors un enfant Assez introverti Anxieux et très timide avec le monde d’adultes ; mais je réussissais dans mes études. J’ai terminé mon lycée en 1969 à l’âge de 17 ans et je me suis inscrit en Fac de médecine au cours de l’été 1969 et au bout d’un trimestre je me suis rendu compte que je ne pouvais pas continuer. Les conditions avaient été modifiées par suite aux évènements de 1968. 

La Fac de médecine avait éclaté en plusieurs écoles où nous étions assignés en fonction du domicile de nos parents. Pour moi c’était Bichat-Baugeon. 

Le premier trimestre à donc été très difficile, je devais voyager depuis la vieille Fac de Paris à la nouvelle Fac. Mais L’essentiel des cours les plus important étaient dispensé à l’hôpital de Bobigny Avicenne pour les matières scientifiques de sorte qu’en décembre, j’ai décidé de m’exiler et j’ai choisi Lille pour plusieurs raisons. C’était une Fac qui avait très bonne réputation et qui n’était pas trop éloignée de Paris. Cela me permettait de revenir tous les week-ends.

Je redoutais que mon père me retire des études dès lors les deux premières années étaient marquées par un travail très important. Je vivais dans une petite chambre dans la banlieue pauvre de Lille et me déplaçais sur une mobylette. Deux ans plus tard, j’ai trouvé une chambre extrêmement confortable à proximité du centre ville, bien située et je m’étais fait énormément de copains parmi les étudiants.

En troisième année de médecine j’ai complètement changé sur le plan psychologique et suis suis devenu extravertis et bien intégré dans la Fac. Un copain et moi organisions des spectacles et des activités festives et je suis devenu un garçon beaucoup plus à l’aise. J’ai continué à étudier avec facilité et j’arrivais à combiner études et les festivités. J’étais dans la cinquième part en tête de l’année, j’avais d’excellentes relations avec mes maîtres professeurs de faculté qui m’appréciaient énormément et qui le manifestaient de façon quasi ostentatoire. J’ai terminé mes études à Lille en 1975, il restait à faire mon internat et ensuite Pour ce faire, j’ai quitté Lille pour un changement de Fac à Grenoble car j’ai finalement opté pour rester en France en Haute-Savoie. En effet, je souhaitais partir en Afrique où en Haute Savoie mais j’ai trouvé un poste d’interne dans un petit village près d’Avoriaz où j’ai très rapidement eu des conditions d’exercices exceptionnels puisque le médecin directeur voyant quels étaient mes talents et mon travail m’a nommé médecin assistant et m’a assigné 35 lits à manager tout seul. Ce travail consistait en la prise en charge des malades mentaux sous la supervision d’un médecin psychiatre vacataire, je me suis fidèlement vu attribue le secteur psychiatrique de la clinique en 1978.

.